03/07/2015

UBERPOP, c’est rigolo quand c’est les autres !

Entre sondages négatifs et posts incendiaires, on a l’impression que toute la France est contre les taxis et pro-Uber-pop.
Certes, je souscris volontiers aux nombreuses critiques envers les taxis :
. Souvent le parcours du combattant pour en trouver un aux heures où on en a le plus besoin et queues infinies aux aéroports en gares
.Quand on en trouve un,  on a souvent l’impression de pénétrer dans LEUR salon (voire leur cuisine, eu égard à l’odeur), le véhicule est fréquemment fatigué voire mal entretenu,  on doit subir leur rythme de conduite (tantôt escargot, tantôt Fangio) et leur itinéraire (ex. choix du périph en heure de pointe !)
. Un jour, je me suis fait débarqué au milieu des quais parce que j’aspirais à une baisse du volume de l’autoradio : sans parler des Roissy – Paris avec « On refait le match » à fond…
. On pourra aussi critiquer la somme au compteur alors qu’on pénètre seulement dans le taxi !
. Mais aussi le refus d’aller dans une direction…
. J’évoquerais enfin le G7 que j’avais commandé pour m’emmener à une conférence du LAB, chargé du matériel, et que j’attends toujours !

Les raisons sont nombreuses pour engager une vraie réforme de cette profession. Ils nous ont dégoûtés.
D’ailleurs, quand le commande une voiture, c’est maintenant un VTC : véhicule haut de gamme, propre,  muni de chargeur de mobile, eau et revues. Chauffeur courtois qui aide à charger et décharger les bagages, lui ; qui demande quelle radio on désire, etc.

Alors, faut-il défendre les taxis ?

En fait, OUI, car c’est une activité qui paie des impôts, de la TVA, des charges sociales ; sans parler des quelques centaines de milliers d’euros investis dans l’achat de la plaque.

Le système UBERPOP, c’est du « travail au noir » et, à terme, étendu aux autres secteurs de l’économie, la mise en péril des systèmes sociaux (SS, chômage, retraite), qui n’en ont vraiment pas besoin. Aujourd’hui, moins d’un français sur deux paie des impôts. Avec l’économie collaborative, on va vite être une toute petite minorité !

Aux assureurs que j’ai vu se délecter des mésaventures des taxis, je voudrais ici attirer leur attention sur leur propre cas… car l’Assurance est bien aussi une activité mal aimée du grand public… et de la presse. Même si nos représentants au contact des clients sont sympathiques, eux, l’activité qu’ils représentent est décriée.

 

Alors quand un UBER-Assurance aura trouvé la formule pour investir leur marché sans taxe, sans provisions techniques, sans Solva 2, ils repenseront peut-être à ces pauvres taxis et ceux qui auront acheté des portefeuilles comprendront ceux qui se sont endettés pour leur plaque…

08/06/2015

Comparaison n’est pas raison dit-on. Chiche ?

    

comparaison.jpg

 Les clients sont de plus en plus nombreux à solliciter les comparateurs pour trouver une meilleure offre et, surtout, pour essayer de faire des économies. Alors que le climat de crise perdure et que les consommateurs sont conduits à des arbitrages budgétaires parfois douloureux comme pour la santé, ils n’hésitent pas à dépenser des centaines d’euros pour devenir propriétaires de ces nouveaux objets technologiques devenus semblent-ils indispensables. C’est sans doute parce que pour eux l’intérêt de ces outils est évident. Alors que celui de l’Assurance est toujours sujet au doute, notamment en matière de prix car comment l’assuré lambda peut-il comprendre les écarts gigantesques de prix pour une même assurance ? Cela ne fait que conforter le sentiment d’arnaque.
Il est alors normal, surtout quand la règlementation va lui faciliter la tâche, de rechercher un « meilleur plan ». L’idéal serait qu’il puisse comparer en connaissance de cause ; hors il n’a pas la culture juridique pour le faire et les offres, complexifiées à l’envi, le lui interdisent.
Le comparateur est donc Le moyen de faire assez simplement un appel d’offre. Certes, tous les acteurs ne sont pas (encore ?) sur les comparateurs ; certains, victimes du syndrome « UAP n°1 » qu’ils ont avalée, pensent encore pouvoir faire cavaliers seuls en n’y étant pas présent, pire, en proposant leur propre comparateur (quelle impartialité ???).
Mais les comparateurs évoluent, approfondissent le champ de l’étude ; de nouvelles formes sont lancées (affinitaires),…
Certes, on nous a dit et répété que la France n’est pas la Grande Bretagne et que les motifs pour qu’ils ne se développent pas autant sont très nombreux.
Peut-être trop nombreux car cela me rappelle un conseil avisé de mon épouse à  ceux qui tentent de justifier une faute par de multiples raisons : une suffit, au-delà ce n’est plus crédible.

Ce thème a fait l'objet d'échanges au LAB le 23 juin 2015

11/05/2015

Les Seniors, un marché raté

  

 Depuis déjà des années, la cible des seniors fait l’objet de campagnes commerciales.
Sous cette dénomination, on y a mis aussi bien des actifs quinquas que des seniors d’âge avancé. Une segmentation à géométrie variable selon les opérateurs…
En général, les offres dédiées aux seniors revêtent quelques caractéristiques communes : produits paramédicaux, de maintien de la santé, prothèses, voyages et résidences spécialisées, préparation du décès,…
Ainsi, on trouve pêle-mêle des médicaments supposés soulager l’arthrose et différentes douleurs, des produits censés lutter contre le cholestérol et dont les effets ne sont que rarement prouvés scientifiquement, les prothèses auditives, les couches pour les fuites, les fauteuils-ascenseurs, les résidences pour personnes âgées, les assurances dépendance et obsèques,…
Rien que du fun, que du rêve !
Non, les seniors ne veulent pas être ghettoïsés ! Non, ils ne veulent pas penser à la décadence et à leur disparition ! En revanche, beaucoup seraient prêts à débloquer quelque budget pour bénéficier d’un vrai suivi de santé qui soit adapté.

 

Il est sans doute trop tard pour rattraper les erreurs commises envers ces seniors. Mais il est encore temps de se pencher intelligemment sur le cas de ceux qui seront prochainement seniors en prenant en compte tant les données psychologiques que matérielles (recul de l’âge de départ en retraite, diminution des pensions, héritages remis en question, etc.) et en créant aujourd’hui les produits et services qui adouciront leur futur.





11:57 Publié dans Marketing | Lien permanent | Commentaires (0)