11/05/2015

Les Seniors, un marché raté

  

 Depuis déjà des années, la cible des seniors fait l’objet de campagnes commerciales.
Sous cette dénomination, on y a mis aussi bien des actifs quinquas que des seniors d’âge avancé. Une segmentation à géométrie variable selon les opérateurs…
En général, les offres dédiées aux seniors revêtent quelques caractéristiques communes : produits paramédicaux, de maintien de la santé, prothèses, voyages et résidences spécialisées, préparation du décès,…
Ainsi, on trouve pêle-mêle des médicaments supposés soulager l’arthrose et différentes douleurs, des produits censés lutter contre le cholestérol et dont les effets ne sont que rarement prouvés scientifiquement, les prothèses auditives, les couches pour les fuites, les fauteuils-ascenseurs, les résidences pour personnes âgées, les assurances dépendance et obsèques,…
Rien que du fun, que du rêve !
Non, les seniors ne veulent pas être ghettoïsés ! Non, ils ne veulent pas penser à la décadence et à leur disparition ! En revanche, beaucoup seraient prêts à débloquer quelque budget pour bénéficier d’un vrai suivi de santé qui soit adapté.

 

Il est sans doute trop tard pour rattraper les erreurs commises envers ces seniors. Mais il est encore temps de se pencher intelligemment sur le cas de ceux qui seront prochainement seniors en prenant en compte tant les données psychologiques que matérielles (recul de l’âge de départ en retraite, diminution des pensions, héritages remis en question, etc.) et en créant aujourd’hui les produits et services qui adouciront leur futur.





11:57 Publié dans Marketing | Lien permanent | Commentaires (0)

18/04/2015

Carton Orange pour ING Direct

 

   Merci ING Direct ! 
Si l'on se demandait quoi faire pendant ces longues vacances de printemps qui commencent aujourd'hui en région parisienne, la réponse est toute trouvée : envoyer des dizaines de courriers à propos du code IBAN qu'ING vient de  changer...
La décision du siège d'harmoniser le code banque a pour effet de rendre caduques les informations détenues par nos organismes et partenaires en tous genres (SS, employeurs, caisses de retraite, Impôts, bailleurs, locataires, syndics,....).

Il faut donc dare-dare écrire à tous ces organismes pour leur communiquer un nouveau RIB.
Au bas mot plusieurs dizaines de courriers...
Lorsque l'on effectue une transaction sur le site d'ING Direct, on est appelé à noter la facilité de l'opération sur une échelle de 1 a 5 étoiles. Très bien; curieusement, là, on ne nous demande rien!!!

 

30/03/2015

LA VOITURE CONNECTEE

audi TT auto.jpgPlus un jour sans qu’un média ne parle de la voiture connectée, de la Google-Car ; plus une conférence sur les objets connectés où l’on ne prédise la fin du conducteur… et des accidents !
A défaut de rendre les conducteurs intelligents, l’avenir est donc dans le véhicule intelligent.
Détecteurs en tous genre, assistance au pilotage, voire pilotage automatique, guidage par GPS, etc.
Certains, qui comme moi, ont gardé le plaisir d’avoir entre les mains un volant et sous le pied une quantité de gaz raisonnable ne s’enthousiasment que modérément face à ce nouveau paysage. Il est vrai que, dégouté par toutes les contraintes assénées par les Pouvoirs Publics (limitations de vitesse, interdictions de circulation, impossibilité de se garer …), on peut être tenté de délaisser la conduite.
A moins, comme de plus en plus d’entre nous, de retrouver un certain plaisir grâce aux voitures de collection (qui risquent cependant d’être victimes de la folie écologiste du moment).

Mais à propos de la voiture du futur, le participant d’un débat sur BFM Radio a posé la bonne question cette semaine : est-ce que cette future voiture qui comprendra davantage d’informatique que de mécanique nécessitera – comme notre PC – des mises à jour régulières, des changements de version ?

Bien entendu, la réponse des experts fut… OUI

Et c’est là que la galère commencera, car si, comme pour notre PC :
- il faut attendre au démarrage plusieurs minutes afin que les mises à jour se chargent
- il faut redémarrer la voiture à chaque mise à jour reçue
- il faut très régulièrement faire une analyse anti-virus, sous peine de se prendre le 1er platane
- il faut absolument être dans un endroit où la réception est suffisante
- il faut rechercher les fonctions habituelles au travers des icônes ou applis qui auront été chamboulées par une mise à jour
- il faut réapprendre l’utilisation du véhicule après le passage à une version upgradée (les utilisateurs de Windows 8 verront de quoi je parle !)
- le paramétrage sera à refaire régulièrement pour des raisons inconnues
La liste pourrait être sans fin. Et l’on n’évoque là que les problèmes liés à la « conduite ».
Quid des dysfonctionnements touchant à la sécurité et provoquant des accidents ?
Quid du risque réel de hacking ?
Avant de lancer sur les routes des véhicules sans chauffeurs, il faudra régler toutes ces incertitudes.
A défaut, on préfèrera garder nos chauffards…