23/01/2015

Vieillir, une ardente obligation

C’est vrai, cette pensée est une des plus pénibles : vieillir.
Mick.jpg


Comme le disait le Général, la vieillesse est un naufrage.
On peut alors préférer le conseil chanté par les Who dans « My Generation » : Hope I die Before Get Old !
Mais une chose est sure, chaque période de 12 mois, on prend  an de plus ; et même si l’on nous dit que pour chaque année, on gagne 3 mois de plus, c’est dur à avaler.
Alors, tant qu’à faire, essayons de vieillir bien (comme on dit !) ; de ne pas se transformer en vieux cons (comme ceux que l’on fustigeait autrefois).
Pour cela, évidemment, la santé est l’élément essentiel. La maintenir au max le plus longtemps possible…
Et après ?
Après, il faut envisager tous les moyens pour adoucir cette descente progressive. Les technologies nous laissent entrevoir la possibilité de rester autonome. Reste le financement !
Et dans tout ça, quel rôle peuvent jouer le
s assureurs ?

12/11/2013

LA CONFIANCE ça se mérite

Elle se définit comme « un état psychologique se caractérisant par l'intention d'accepter la vulnérabilité sur la base de croyances optimistes sur les intentions (ou le comportement) d'autrui »

Elle constitue un prérequis pour l’engagement de logiques servicielles et, à plus forte raison, pour l’Assurance, activité fondée sur une confiance mutuelle, notamment dans les déclarations.
Mesurer la confiance globale n’apporte guère d’enseignements qui puissent être utilisés de façon opérationnelle par les marques. En effet, la confiance résulte de trois facteurs : la réputation, la moralité, la mansuétude ; que l’on peut traduire par :
- compétence : capacité à faire face à ses engagements
- intégrité : respect des engagements, sincérité des discours et action
- bienveillance : inclination à prendre en compte l’intérêt des clients.

L’étude menée par l’OBSOCO et PEOLEO pour le LAB sur 21 marques d’assurance fait ressortir une note moyenne de confiance de 5,3 / 10. Pas terrible ! C’est même un des plus mauvais scores enregistré par l’institut d’étude.
80% des personnes interrogées estiment qu’il convient d’être prudent lorsque l’on a affaire à une société d’assurance alors même qu’ils sont 92% à considérer la confiance comme essentielle.
62% estiment que les sociétés d’assurance ne méritent pas qu’on leur soit fidèle.
Pour justifier ce jugement, des comportements répréhensibles sont mis en avant comme le fait de profiter de l’augmentation des sinistres pour augmenter les profits (50%).
Donc rien d’étonnant si ces clients sont 62% à se déclarer sensibles à une offre concurrente équivalente avec un différentiel de tarif de seulement 10%...
Au-delà de ces constatations générales, il est passionnant de se plonger dans les différentes dimensions de la confiance et  du positionnement des différentes marques étudiées.
L’étude peut être commandée en ligne :
http://www.cerclelab.com/lab-research/1056-2013-10-01-que...