19/12/2019

Imaginer l’assurance de demain : acte 2 le 28 janvier 2020

Le Think Tank Demain l’Assurance s’est fixé pour objectif d’imaginer le rôle sociétal et les missions de l’Assurance au cours des prochaines décennies. 

La 1ère étape a consisté, le 28 mai dernier, à analyser des évolutions sociétales récentes et le décryptage des tendances qui feront les marchés et les consommateurs de demain : transition énergétique, digitalisation, environnement et changement climatique, cyber-risques et IA, nouveaux comportement et croissance des besoins de protection …
L’Atelier Conférence du 28 janvier prochain constituera l’Acte 2 des réflexions et permettra d’aborder ce que la profession de l’Assurance peut proposer dans le cadre des besoins de demain et quels modèles de relation avec le client prévaudront.
Cet après-midi sera organisé en 2 parties :

  • Présentation des réflexions du Think Tank par ses membres,
  • Table Ronde avec des représentants du monde de l’Assurance.

 Avec la participation, notamment, de :

  • Olivier BLANDIN, Président- ACCRMA
  • Jean-Pierre DANIEL, Président- VIGIE
  • Natacha MINASSO, Directrice Partenariats – CHUBB
  • François LAURENT – Consumer Insight
  • Christian PARMENTIER, Président – DEMAIN L’ASSURANCE
  • Philippe PICARD, Directeur Relations Adhérents & Pilotage Projets – MGEN
  • Christophe ROUGON, Responsable Relation Client – MACIF
  • Denis THAEDER, Chief Mission Officer – LA PARISIENNE
  • Clôture par Alexandre ANDRE, Directeur Général - LA FABRIQUE D'ASSURANCE

Lieu : Tour ALLIANZ ONE , 1 Cours Michelet – Paris la Défense
Date : 28 janvier 2020, de 14h30 à 17h00.


Participation gratuite, sur invitation : pour assister à la conférence, il suffit d’envoyer vos coordonnées par mail à : contact@demainlassurance.org.

 

29/11/2019

ASSURANCE ET RSE Réalité technique vs greenwashing ?

Acct véh électric.jpgOn compte de plus en plus d’assurances proposant des conditions préférentielles et réductions liées aux nouveaux usages ou nouvelles technologies.
La question est de savoir s’il s’agit seulement de coups de pub, d’encouragement en faveur des prétendus nouveaux usages, ou de mesures techniquement justifiées par la réduction des risques ?
On sait par exemple que l’électricité dite verte ne l’est guère davantage que l’autre, mais que ses opérateurs s’engagent,selon eux, à aider le développement de la production verte d’électricité.
D’aucuns annoncent – sans démonstration statistique – que les nouveaux usages réduisent le risque. En effet, si l’on prend l’exemple de la mobilité, il est clair que pendant que l’assuré circule à bicyclette, en trottinette ou en RER, il ne risque pas de causer un accident avec son véhicule ; mais cela n’augure pas de son comportement de conducteur quand il aura retrouvé son volant… Donc rien de neuf sous le soleil, rappelons que l’assurance au km a été inventée dans les années 80 par Rhin & Moselle (devenue Allianz).
On peut aussi avancer que la conduite d’un véhicule électrique engendre un comportement de conduite apaisé. Il est vrai que pour être sur de finir son trajet, on a intérêt à avoir le pied léger ! A preuve cette Tesla qui se traînait récemment sur mon parcours vu qu’il faisait froid et humide (les phares, le chauffage et les essuie-glaces ça consomme !). On pouvait donc y croire…
Et patatra, voilà qu’une étude récente d’AXA menée Suisse établit que les gros véhicules électriques ont 40% d’accidents en plus par rapport à leurs équivalents thermiques (et quid du prix des réparations ?).
Alors, où est la vérité ? En tout cas, on a du mal à croire que ce soit dans la réalité technique ; ce qui augure mal de la pérennité de telles politiques si l’on compare avec le sort de nombreuses innovations rattrapées par la vérité technique.

 

22/11/2019

La bérézina des startups de l’assurance continue…

retraiteRussieBoisdenier.jpg

En l’espace de quelques semaines, ce sont encore deux startups d’assurance qui ont jeté l’éponge : Wecover (1) (avec Suravenir) et Fizzy  (2) (avec AXA).

Tous ces projets enthousiasmants de révolution de l’assurance se heurtent les uns après les autres au mur des réalités :

  • Réalité de marché d’abord : malgré le coté sympathique, les consommateurs – à l’exception des quelques geeks – ne sont pas prêts à abandonner leur assureur classique, ni à souscrire des garanties gadgets dont ils se sont bien passées jusqu’alors…
  • Réalité technique ensuite : les fondamentaux de l’assurance sont têtus : tarification, S/P, antisélection,…

Internet, les réseaux sociaux, la blockchain ou l’I.A. ne suffisent pas à concevoir des offres disruptives qui emportent  une large adhésion.
Que les vrais assureurs se rassurent, il y a toujours un avenir pour leur compétence.

 

  1. Assurance auto collaborative basée sur des communautés réduites avec cashback
  2. Assurance retard d’avion s’appuyant sur l’utilisation de la blockchain

10:50 Publié dans Marketing | Lien permanent | Commentaires (0)