08/03/2014

Les nouveaux pouvoirs du Directeur Marketing

Les défis actuels de toute entreprise (Innovation, digitalisation, cross canal, …) représentent 
autant d’opportunités pour le
s DM d’asseoir leur influence.

photo livre JPA.jpg

Partant des travaux du Club Adetem des Directeurs Marketing de grands groupes et de son expérience du conseil, Jean-Paul Aimetti donnera des repères utiles pour élargir le territoire des marketeurs et affirmer leur leadership.

par Jean-Paul Aimetti
Professeur Titulaire de la Chaire de Marketing du CNAM

Président du Club Adetem des Directeurs Marketing de grands groupes
Coauteur d‘ « Intelligence Marketing »’
(JP Aimetti & JM Raicovitch, préface de Maurice Lévy, Ed Eyrolles, nov. 2013)

‘’ Cet ouvrage est différent, et par conséquent précieux.Différent car loin de proposer un cours de marketing, il s’attache à identifier au travers de situations concrètes les lignes de crête d’un univers en profonde mutat
ion. Des expériences vécues par des professionnels, des annonceurs, des clients. En cela il excite notre curiosité et réveille notre goût de comprendre, de savoir…
‘’ Maurice Lévy, Président de Publicis, oct.2013

 

 

http://www.amazon.fr/Intelligence-marketing-Innovation-digitalisation-recommandations/dp/2212556896/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1394186882&sr=1-1&keywords=intelligence+marketing

17:52 Publié dans Marketing | Lien permanent | Commentaires (0)

03/03/2014

Dérive des frais d’optique : risque ou opportunité ?

Une récente Matinale du LAB consacrée à l’optique apportait une constatation sans appel : trop d’opticiens en France (11.422 alors que  8.000 suffiraient), dérive des prix, surconsommation.
Et donc, des professionnels de l’Assurance Santé tentant de juguler la dérive :
d’abord la SS en limitant le nombre de paires de lunettes remboursées chaque année et en indemnisant à un taux ridicule ; OCAM ensuite, agissant sur les niveaux de remboursement et en utilisant des plates-formes et réseaux d’opticiens. Tous ces professionnels de l’Assurance Santé sont certainement très compétents dans leurs domaines, sauf dans un seul de toute évidence : le marketing (bien que certains aient été responsable marketing antérieurement ; ceci explique sans doute la pauvreté des stratégies des OCAM !)
En réalité, si l’on se place sur le strict plan du business (car c’est bien de cela qu’il s’agit concernant l’optique : même si la dépense optique pèse lourd dans le budget pour certaines catégories de français, on est bien sur un marché de « confort »), quelles est la situation réelle ?
- la SS valide des dépenses mais ne rembourse rien…
- les OCAM encaissent des cotisations pour couvrir des dépenses.
Si les primes afférentes aux risques sont correctement calculées et identifiées (ce qui ne semble pas être le cas), où est le problème ?
Si des assurés souhaitent être couverts pour des catégories de risques dits de confort, c’est leur choix ! Au même titre que la perte en congélateur, les accidents ménagers ou l’assistance  0 km…
Il s’agit donc bien d’un marché – certes pas très raisonnable (mais il y en a d’autres : frais d’obsèques, assurance des smartphones…) – mais qui permet :
- de lever des cotisations, donc de générer du chiffre d’affaires, des emplois de gestionnaires, des chargements et commissions
- de faire vivre des officines d’optique avec leurs salariés
- de produire des impôts (taxe d’assurance, TVA)

10:02 Publié dans Marketing | Lien permanent | Commentaires (0)

24/02/2014

PSA Banque promet 5%...

livret PSA.jpg

On se souvient l’an dernier de la recapitalisation par l’Etat de la banque de Peugeot.
Ce mois-ci, c’est la maison-mère -  le constructeur auto -  qui reçoit le renfort de l’Etat (avec celui des chinois).
Pendant ce temps, l’établissement financier promet mieux que ses confrères banquiers : % sur le livret d’épargne.
 Avec quel argent ? Que pensent les banques de cette concurrence ?
Une chose est sure, si la banque a la même vision stratégique que le constructeur auto, il est urgent de ne pas y risquer ses économies !