31/12/2014

Sanction de l’ACPR à l’encontre d’Allianz : encore un rude coup porté à l’image de la profession

Après BNPP et CNP, c’est Allianz qui vient d’écoper d’une sanction pour non-respect des règles en matière de recherche de bénéficiaires d’assurance vie ; 50 millions d’Euros, la plus forte amende à ce jour !
Que des moyens aient été mis en place, notamment humain (107 collaborateurs selon la compagnie), certes.
Le problème est que vis-à-vis du Public, une obligation de moyens n’est pas suffisante pour maintenir la confiance ; pour le client lambda, les compagnies sont tenues à une obligation de résultat. Car si autant de milliards d’euros non remboursés aux bénéficiaires, cela énerve les Pouvoirs Publics, cela nuit profondément à l’image de l’assurance et apporte de l’eau au moulin des détracteurs qui pourront toujours dire que l’assureur est toujours là pour encaisser les primes mais par contre quand il s’agit de payer, il n’y a plus personne…
On a du mal à croire qu’il n’est pas possible de respecter la règlementation quand on voit les budgets exposés par ailleurs au titre de l’addiction du moment au Digital…
Et puis n’oublions pas les centaines de milliers de collaborateurs qui, au quotidien, œuvrent pour rehausser la perception de leur profession et qui, une fois encore, devront subir lors des dîners (de réveillon peut-être ?), les sarcasmes de leur entourage à propos de leur métier de voleur !

 

 

23/12/2014

L'Imprudence croissante des cyclistes et piétons

En cette fin d’année 2014, la mortalité routière semble repartir à la hausse, avec une croissance plus marquée pour les piétons et les cyclistes.
Immédiatement les associations contre la violence routière apportent de l’eau au moulin de l’Etat en demandant d’abaisser encore les limites de vitesse ; bien que l’on sache tous que les objectifs sont différents (pour l’Etat il s’agit principalement d’enrayer la baisse de rentabilité des radars…).
Alors, de JT en reportages et talk-show, l’imprudence des victimes est mise en avant, avec un accent particulier pour les usagers des Vélibs. Il est vrai, tout le monde peut le constater, que tant les cyclistes que les piétons ne respectent généralement aucune des règles du Code de la Route et ne sont que très rarement verbalisés. Certains « anti-autos » avancent que rarement une collision entre un cycliste et une automobile provoque des dégâts corporels au conducteur de la voiture.
Ce que l’on oublie toujours de préciser dans ce débat est qu’en 1985, une loi dite Badinter, a institué une indemnisation quasi systématique des piétons et cyclistes fautifs.
Alors, si sur le plan humain, on comprend la vulnérabilité des victimes, il faut quand même remettre dans le débat l’aspect économique et l’impact sur les cotisations de l’assurance auto !

22/10/2014

LA MORT DES CLAUSE PREREDIGEES

Le  7 février 2014 (confirmé le 1er juillet), la Cour de Cassation a statué sur les déclarations pré-imprimées figurant sur les conditions particulières : elles sont ainsi devenues sans valeur.
questionnaire.jpgC’était pourtant bien pratique pour contourner l’obligation de conseil !
Désormais, pour être opposable, c'est-à-dire pour invoquer la nullité du contrat pour fausse déclaration intentionnelle), les déclarations doivent être formelles, donc résulter d’un questionnaire.
Ouf ! Qui n’a jamais été pris de doute en lisant ses CP ? En voyant tout ce que l’on est censé déclarer, sans bien en comprendre la portée ?
Bien sur, il va falloir revoir le processus de souscription qui s’en trouvera alourdi, mais ce changement est une vraie avancée pour le respect du client.