11/10/2018

L’Institut Sapiens, des analyses cromagnolesques…

Perte de 22% des effectifs de la Banque et de l’Assurance entre 2010 et 2016 ; plus aucun salarié d’ici 2038/2051 !
Telles sont les prévisions du nouveau Think-Tank « Sapiens ». La raison avancée : les fintechs qui disruptent le secteur…
Ces conclusions peu étayées avancent un effectif de 253.000 saladonkey-1342349__340.jpgriés pour l’ensemble Banque-Assurance alors que ce chiffre collerait plutôt pour le secteur assurantiel seul (toutes familles confondues) !
La consolidation de 2 secteurs/2 métiers fondamentalement différents montre la méconnaissance des auteurs vis-à-vis de cette profession. Que la banque de détail soit de plus en plus impactée par le numérique, ce n’est pas nouveau. En revanche, l’Assurance est dans une situation tout autre. Si l’assurance des particuliers est très standardisée et de plus en plus digitalisée (ce qui ne se vérifie pas dans les chiffres de production), les assurances de professionnels, des entreprises, les grands risques, les nouveaux risques, nécessitent des compétences humaines toujours plus élevées ; et la réglementation (DDA notamment) ajoute des obligations qui vont dans le sens de l’accroissement du conseil et de la responsabilité de l’assureur et du vendeur.
Que des prétendus think-tanks se permettent de prendre des positions farfelues, soit  (on y est habitué au niveau national, ex. Terra Nova ) ; le plus grave est que la presse dite professionnelle s’en fasse l’écho sans analyse du bien fondé.

Commentaires

Petit rectification. Parce qu'il faut être précis.
L'étude ne dit pas 0 salarié dans l assurance en 2038. Elle évoque la disparition progressive des employés répertoriés sous la nomenclature q0z. Or la banque et l assurance comprennent également les nomenclatures q1z et q2z qui regroupent notamment les techniciens et les cadres.
Ce n'est pas tout à fait pareil. Le détail des nomenclatures est disponible sur le site de la Dares.
Et c'est bien de ce point dont la presse spécialisée s'est fait l'écho. Pas de la disparition de tous les salariés de l'assurance qui n'aurait effectivement aucun sens.
Attention aux raccourcis

Écrit par : Florian | 12/10/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire