29/11/2019

ASSURANCE ET RSE Réalité technique vs greenwashing ?

Acct véh électric.jpgOn compte de plus en plus d’assurances proposant des conditions préférentielles et réductions liées aux nouveaux usages ou nouvelles technologies.
La question est de savoir s’il s’agit seulement de coups de pub, d’encouragement en faveur des prétendus nouveaux usages, ou de mesures techniquement justifiées par la réduction des risques ?
On sait par exemple que l’électricité dite verte ne l’est guère davantage que l’autre, mais que ses opérateurs s’engagent,selon eux, à aider le développement de la production verte d’électricité.
D’aucuns annoncent – sans démonstration statistique – que les nouveaux usages réduisent le risque. En effet, si l’on prend l’exemple de la mobilité, il est clair que pendant que l’assuré circule à bicyclette, en trottinette ou en RER, il ne risque pas de causer un accident avec son véhicule ; mais cela n’augure pas de son comportement de conducteur quand il aura retrouvé son volant… Donc rien de neuf sous le soleil, rappelons que l’assurance au km a été inventée dans les années 80 par Rhin & Moselle (devenue Allianz).
On peut aussi avancer que la conduite d’un véhicule électrique engendre un comportement de conduite apaisé. Il est vrai que pour être sur de finir son trajet, on a intérêt à avoir le pied léger ! A preuve cette Tesla qui se traînait récemment sur mon parcours vu qu’il faisait froid et humide (les phares, le chauffage et les essuie-glaces ça consomme !). On pouvait donc y croire…
Et patatra, voilà qu’une étude récente d’AXA menée Suisse établit que les gros véhicules électriques ont 40% d’accidents en plus par rapport à leurs équivalents thermiques (et quid du prix des réparations ?).
Alors, où est la vérité ? En tout cas, on a du mal à croire que ce soit dans la réalité technique ; ce qui augure mal de la pérennité de telles politiques si l’on compare avec le sort de nombreuses innovations rattrapées par la vérité technique.

 

19/10/2018

Après le PAYD et le PHYD, voici le PWYD*…

TdB MG.jpgLancée il y a peu par Altima (Maif), la nouvelle offre destinée aux petits rouleurs est une nouvelle fois un système basé sur l’utilisation du smartphone. Après les expériences de tarification comportementale (boitier ou appli analysant le style de conduite), on en vient à la tarification à la minute (donc plus je vais vite, moins je paie ???). Pour cela il convient de déclencher la garantie via une appli au commencement du trajet (un boitier est caché dans la boîte à gants).
Une offre proche de celle qu’a lancée Wilov dont nous avons écrit sur ce blog ce qu’on en pensait…
Comme elle, elle présente l’utilisation d’une technologie NTIC comme l’innovation ultime améliorant la vie du client !
Quelle en sera la réalité ? Eh bien voici quelques réflexions à ce propos :
. Sous une apparente simplicité, l’assuré est contraint de déclencher l’assurance à chaque démarrage !
. Comment va-t-il pouvoir se garantir le jour où son smartphone est déchargé, en panne, perdu… ?
On nous dit chez Altima qu’il est alors possible de se connecter au site de la compagnie pour enregistrer son itinéraire. Et si, en cours de route, on change d’itinéraire, on le rallonge pour une visite inopinée ou on change carrément de destination ?
. Comment va-t-on gérer l’utilisation du véhicule par une autre personne ? Soit on lui donne le smartphone avec, soit il n’est pas couvert ?
. Reste le problème de connexion : pour déclencher la garantie, faut-il que la connexion s’établisse ? Dans ce cas, aucun risque que je sorte couvert de mon parking au 3e sous-sol !

Comme on disait jadis de certains projets marketing : « ça ne paraît pas bien ficelé ! »
D’autant que l’assurance au kilomètre existe un peu partout depuis sa création par Rhin & Moselle dans les 80’. Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Le rôle de l’Assurance est de mettre les assurés à l’abri et de leur permettre de dormir sur leurs deux oreilles une fois le contrat signé … et payé.
Alors SVP chers innovateurs et fintechs, réfléchissez plutôt à des solutions NTIC qui facilitent vraiment la vie du client.

* Pay When You Drive

26/02/2018

EPARGNE : PRENDRA T-ON UN JOUR EN COMPTE LES SOUHAITS DES CLIENTS ?

Une récente enquête réalisée pour Amundi et Natixis montre l’aversion des français pour la rente.
En effet, 77% des personnes interrogées préfèrent disposer d’un capital au moment de la retraite plutôt qu’une rente.
Depuis longtemps déjà les marketers avisés du secteur financier attirent l’attention des juristes, techniciens et autres actuaires sur le décalage entre ce que souhaitent vendre les assureurs (et ce que veulent leur faire vendre les autorités) et les attentes de la clientèle en matière de placement, notamment en vue de la retraite.
D’un côté, des clients apeurés ou échaudés par les placements boursiers, d’autant que la plupart sont d’un âge déjà avancé qui ne permet plus guère d’avoir le temps de jouer sur les marchés financiers. L’épargne durement acquise pour beaucoup d’entre eux mériteimage d'oeufs.jpg  d’être protégée, ce qui devrait être la mission première des assureurs. Ces mêmes épargnants sentent qu’ils peuvent à un moment de leur vie avoir besoin de récupérer du capital (par exemple pour le cas de dépendance) et voudraient léguer ce qui leur reste à leurs enfants.

De l’autre, des institutionnels qui leur proposent :
. d’aliéner leur capital pour leur verser une rente ridicule (325€ par mois pour une épargne de 100.000€ ! Oui, je dis bien ridicule, même si tous les actuaires me démontreront que c’est le tarif ; mais c’est la perception du consommateur qui compte. D’ailleurs, on obtient le même revenu avec des SCPI sans aliéner le capital !),
. de souscrire des assurances vie en UC en prenant à son compte tous les risques liés aux marchés financiers.

Un grand écart entre les attentes des consommateurs et l’offre.
Bien sûr, les français continuent d’épargner et l’assurance vie tient une place prépondérante ; mais le Livret A aussi !
Inquiets de l’avenir, ils épargnent avec les produits disponibles. De là à dire que ce sont les placements préférés, c’est un peu comme dire que les soviétiques adoraient en priorité les patates et le chou…
Il serait grand temps qu’un disrupteur vienne mettre les pieds dans ce gâteau…