03/07/2015

UBERPOP, c’est rigolo quand c’est les autres !

Entre sondages négatifs et posts incendiaires, on a l’impression que toute la France est contre les taxis et pro-Uber-pop.
Certes, je souscris volontiers aux nombreuses critiques envers les taxis :
. Souvent le parcours du combattant pour en trouver un aux heures où on en a le plus besoin et queues infinies aux aéroports en gares
.Quand on en trouve un,  on a souvent l’impression de pénétrer dans LEUR salon (voire leur cuisine, eu égard à l’odeur), le véhicule est fréquemment fatigué voire mal entretenu,  on doit subir leur rythme de conduite (tantôt escargot, tantôt Fangio) et leur itinéraire (ex. choix du périph en heure de pointe !)
. Un jour, je me suis fait débarqué au milieu des quais parce que j’aspirais à une baisse du volume de l’autoradio : sans parler des Roissy – Paris avec « On refait le match » à fond…
. On pourra aussi critiquer la somme au compteur alors qu’on pénètre seulement dans le taxi !
. Mais aussi le refus d’aller dans une direction…
. J’évoquerais enfin le G7 que j’avais commandé pour m’emmener à une conférence du LAB, chargé du matériel, et que j’attends toujours !

Les raisons sont nombreuses pour engager une vraie réforme de cette profession. Ils nous ont dégoûtés.
D’ailleurs, quand le commande une voiture, c’est maintenant un VTC : véhicule haut de gamme, propre,  muni de chargeur de mobile, eau et revues. Chauffeur courtois qui aide à charger et décharger les bagages, lui ; qui demande quelle radio on désire, etc.

Alors, faut-il défendre les taxis ?

En fait, OUI, car c’est une activité qui paie des impôts, de la TVA, des charges sociales ; sans parler des quelques centaines de milliers d’euros investis dans l’achat de la plaque.

Le système UBERPOP, c’est du « travail au noir » et, à terme, étendu aux autres secteurs de l’économie, la mise en péril des systèmes sociaux (SS, chômage, retraite), qui n’en ont vraiment pas besoin. Aujourd’hui, moins d’un français sur deux paie des impôts. Avec l’économie collaborative, on va vite être une toute petite minorité !

Aux assureurs que j’ai vu se délecter des mésaventures des taxis, je voudrais ici attirer leur attention sur leur propre cas… car l’Assurance est bien aussi une activité mal aimée du grand public… et de la presse. Même si nos représentants au contact des clients sont sympathiques, eux, l’activité qu’ils représentent est décriée.

 

Alors quand un UBER-Assurance aura trouvé la formule pour investir leur marché sans taxe, sans provisions techniques, sans Solva 2, ils repenseront peut-être à ces pauvres taxis et ceux qui auront acheté des portefeuilles comprendront ceux qui se sont endettés pour leur plaque…

09/10/2013

TRAVAILLER LE DIMANCHE ?

Depuis de longues semaines la nation s’agite autour de l’interdiction faite à certaines enseignes d’ouvrir le dimanche.
Notons que ces interdictions émanent d’actions menées par les syndicats de salariés, alors même que les salariés desdites enseignes sont favorables à l’ouverture le dimanche ! Ces derniers viennent même d’attaquer en justice les syndicats pour pouvoir travailler ; ubuesque !
Dans le même temps, les sondages montrent qu’une majorité de français est en faveur de ces ouvertures mais le gouvernement reste droit dans ses bottes ou plutôt dans son idéologie.
Si l’on remonte à l’origine du repos hebdomadaire, on trouve bien sur le Jour du Seigneur ; jour où lui-même s’était reposé en montrant l’exemple et qui doit être en partie consacré à la messe dominicale.
Qui aujourd’hui fréquente l’église le dimanche ? Bien peu de français à vrai dire. Quid des autres religions tout aussi respectables et, elles, en progression, qui n’ont pas leur Jour hebdomadaire  car on travaille en France le vendredi ainsi que pour  beaucoup le samedi ?

Quelle légitimité garde le dimanche par rapport à d’autres jours ?
Chacun ne pourrait-il pas librement choisir son jour ? (ah oui, attention à respecter la Loi Informatique et  Libertés…).

Et depuis le début du débat, on ne parle jamais de ceux dont le métier même est de travailler quand les autres se reposent ou s’amusent.  Ainsi, infirmières, hôtesses de l’air, transporteurs de voyageurs, policiers, pompiers, gendarmes, services d’urgence, … sont des professions qui travaillent régulièrement le dimanche et dont on ne fait pas grand cas.
C’est aussi bien sur sans compter les indépendants et chefs d’entreprises pour qui la marche de leur affaire passe avant les congés !
Au total, cela fait beaucoup de travailleurs du dimanche dans un pays où c’est interdit !

13:01 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

23/09/2013

Tiers Payant généralisé, encore un non-sens!

On critique souvent les assureurs qui gèrent scrupuleusement les risques qu'ils prennent en charge et pilotent l'évolution des portefeuilles. Peut-être faudrait-il que ces assureurs proposent des cours pour nos gouvernants.

Après une non-réforme du système des retraites - seul un financement provisoire a été décidé - le Gouvernement entend généraliser le Tiers Payant aux médecins. Quand on sait ce que ce système déresponsabilisant coûte à la collectivité, on regrette que l'ENA ne comprenne pas d'enseignement d'assurance dans son programme. En tout cas, on ne leur confierait pas la gestion d'une compagnie; ce serait le meilleur moyen de faire faillite.
Mais au fait, il y a des énarques parmi les dirigeants d'assurance; AIE! 

12:46 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)