03/09/2018

Gérard ANDRECK nous a quitté, l'Assurance est en deuil

gerard-andreck.jpg   En nous quittant aujourd’hui, Gérard Andreck laisse un grand vide dans l’Assurance et aussi dans le club très restreint des grands patrons humanistes, visionnaires et « qui ne se la jouent pas ».
Je l’ai rencontré au début des années 90 lorsque j’officiais au CAPA (pour les juniors : Centre d’Analyse et de Prospective de l’Assurance, organisme qui a piloté les réflexions stratégiques et les échanges inter-assureurs pendant 40 ans…). Il était alors encore peu connu et dirigeait la région ile de France de la MACIF depuis son magnifique bureau parisien (l’ancienne salle de bal d’un hôtel particulier). J’ai immédiatement apprécié l’homme pour son professionnalisme, sa vision et son côté chaleureux. Ce fut un plaisir de lui donner la parole à chaque fois que possible dans les conférences que j’ai organisées. Je n’ai jamais manqué une occasion de le saluer lorsque l’on se rencontrait dans les manifestations professionnelles et il m’accordait toujours un moment pour échanger sur des sujets de prospective.
C’est le second grand homme de la MACIF  qui a eu une influence positive sur le secteur assurantiel (le premier étant son fondateur, Jacques VANDIER). Sa famille le pleurera mais aussi sans aucun doute tous ceux qui ont collaboré avec lui.

14:31 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

30/04/2018

Jean-Pierre ZERBA nous a quitté

JPZ.jpgLa perte d’un ami pour énormément de personnes dans l’Assurance.
Que dire à propos de ce malheur ?
Beaucoup ce sont exprimés sur les réseaux sociaux, et parmi eux des personnalités du monde assurantiel.
Qu’ajouter à tout ça ?
JP tu nous laisses dans la douleur. Tu vas nous manquer terriblement. Tu es irremplaçable.

11:39 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

17/03/2018

CSG des retraités, l’argument de Macron irrecevable

E Macron.jpgRépondant cette semaine aux récriminations de retraités qui protestaient à propos de la taxation de leurs pensions, rappelant qu’ils avaient cotisé durant toute leur carrière, le Président de la République leur a expliqué qu’ils avaient payé des cotisations retraites pour payer celles de leurs aînés et qu'aujourd’hui, leurs pensions étaient payées par les actifs.
Si l’explication est techniquement vraie (celle de la répartition mal gérée), est-elle pour autant une excuse valable ?
Non, M. Macron ! Les retraités d’aujourd’hui ont payé des cotisations pour acquérir des droits. Dailleurs ils ont reçu régulièrement des relevés de points ainsi qu’une estimation de la valeur du point. Il s’agit donc bien d’un droit acquis et qui plus est, par son travail durant de longues années !
Reprendre ce qui est acquis – fut-ce par le biais de l’impôt – est une spoliation.
Que dirait-on d’un assureur vie (en Euros bien sûr) qui, au moment du dénouement du contrat, ne rembourserait pas le capital au prétexte que les marchés financiers sont négatifs ou qu’il n’avait pas anticipé l’évolution de la mortalité ? Certainement pas du bien, à commencer par les Pouvoirs Publics qui lui retireraient illico son agrément.