31/05/2016

Dans tout assuré un fraudeur sommeille.

C’est en tout cas de cette façon que l’Assurance a été enseignée à des générations d’étudiants !
Je me souviens de mon passage à l’ENASS (il y a des lustres !) et de ce professeur de Droit des Assurances ( par ailleurs patron des sinistres dans une honorable compagnie ) qui  délivrait LA méthode pour traiter une déclaration de sinistre :
1) vérifier si la déchéance pour déclaration tardive peut s’appliquer
2) trouver l’exclusion appropriée à l’événement
3) tenter d’établir la fausse déclaration intentionnelle de l’assuré (donc nullité du contrat)
4) A défaut, se reporter sur la fausse déclaration non intentionnelle ( réduction proportionnelle)
etc. etc. et, si rien ne marche, finalement, se résoudre à payer…
Ainsi pendant des décennies, on a systématiquement pourri la vie de 100% des clients en cherchant la petite bête et en multipliant les exigences en matière de preuve (et l’on s’étonne que la profession soit mal aimée !).
Heureusement, dès les années 90, de nouveaux entrants – en l’occurrence les bancassureurs – ont développé des méthodes beaucoup plus modernes, et surtout une attitude résolument orientée Client. Je me souviens du Directeur des Sinistres de Pacifica expliquant aux assureurs lors d’un congrès CAPA-EFMA à Rome que les critères de recrutement de téléconseillers-indemnisation excluaient la connaissance de l’assurance mais qu’au contraire c’était l’empathie Client qui était privilégiée.
Mais aujourd’hui, de nouvelles possibilités de traquer  les méchants fraudeurs sans pénaliser tout le monde, existent : c’est le Big Data.
Inutile donc de demander  moult justificatifs, déclarations sur l’honneur, précisions en tout genre pour vérifier que le dommage est réel et le sinistre couvert : tout est dans le Cloud.

En tout cas, on y croit et on va en débattre le 21 juin au LAB

23/05/2016

Quand les politiques auront fini de se mêler de sujets qu’ils ne maîtrisent pas …

Quand les politiques auront fini de se mêler de sujets qu’ils ne maîtrisent pas …

benoit-hamon.jpg    touraine-960-320.jpg

La frénésie de règlementation tourne au cauchemar !
Cela a d’ailleurs été noté en ouverture des deux derniers déjeuner-débat du LAB ; avec Bruno ROUSSET et avec Jean-Pierre MENANTEAU : leur premier souci : le harcèlement textuel !

Quand Benoît Hamon se met en tête de redonner du pouvoir d’achat aux consommateurs en instaurant la résiliation infra-annuelle, la mise en ordre des organisations et processus monopolise une quantité de ressources, aux dépends de la modernisation de notre profession et de l’innovation.
Quant aux résultats de ladite loi : il ne semble pas y en avoir en MRH, tandis que la charge administrative supplémentaire et le raccourcissement du ROI commercial en auto provoque une hausse incontournable des tarifs.
Quand Marisol Touraine jette une grenade dans l’Assurance Santé Complémentaire, on sait bien que c’est par idéologie, et non pour améliorer la couverture des salariés. Car pour ce qui concerne le niveau de couverture, c’est un grand fiasco.
A lire ou relire via l’excellente news letter Assurbanque, l’étude commandité et publiée par M comme Mutuelle sur l’impact de l’ANI : 5 à 15 % des TPE pas équipées ; pour les autres, 90% des entreprises ont opté pour le panier de soins minimum, soit en alignant les contrats existant par le bas, soit en souscrivant à minima ; une Santé Complémentaire à deux vitesses… et la nécessité pour ceux qui le peuvent, de souscrire une surcomplémentaire…à leurs frais !

Bravo les politiques, on vous adore !

16:12 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

16/05/2016

Faire et refaire, c’est toujours travailler…

Décidément, rien ne change ! On met toujours la charrue avant les bœufs ! Il serait tellement plus simple de faire plancher le Marketing pour tester les nouveautés avant de les lancer !
Voici la dernière communication du Crédit Mutuel à propos de la nouvelle version du site :

creditmutuel.gif

Madame, Monsieur,

Vous avez déjà eu l’occasion d’utiliser le nouveau site internet du Crédit Mutuel. Pendant plusieurs mois nous avons recueilli les avis de nos clients. Nous avons tenu compte des difficultés rencontrées et des suggestions pour améliorer la gestion des comptes.

Ce qui change :

L’organisation du menu de gestion de vos comptes a ainsi été revue et simplifiée. Nous avons repris la structure de l’ancien site……..