29/11/2019

ASSURANCE ET RSE Réalité technique vs greenwashing ?

Acct véh électric.jpgOn compte de plus en plus d’assurances proposant des conditions préférentielles et réductions liées aux nouveaux usages ou nouvelles technologies.
La question est de savoir s’il s’agit seulement de coups de pub, d’encouragement en faveur des prétendus nouveaux usages, ou de mesures techniquement justifiées par la réduction des risques ?
On sait par exemple que l’électricité dite verte ne l’est guère davantage que l’autre, mais que ses opérateurs s’engagent,selon eux, à aider le développement de la production verte d’électricité.
D’aucuns annoncent – sans démonstration statistique – que les nouveaux usages réduisent le risque. En effet, si l’on prend l’exemple de la mobilité, il est clair que pendant que l’assuré circule à bicyclette, en trottinette ou en RER, il ne risque pas de causer un accident avec son véhicule ; mais cela n’augure pas de son comportement de conducteur quand il aura retrouvé son volant… Donc rien de neuf sous le soleil, rappelons que l’assurance au km a été inventée dans les années 80 par Rhin & Moselle (devenue Allianz).
On peut aussi avancer que la conduite d’un véhicule électrique engendre un comportement de conduite apaisé. Il est vrai que pour être sur de finir son trajet, on a intérêt à avoir le pied léger ! A preuve cette Tesla qui se traînait récemment sur mon parcours vu qu’il faisait froid et humide (les phares, le chauffage et les essuie-glaces ça consomme !). On pouvait donc y croire…
Et patatra, voilà qu’une étude récente d’AXA menée Suisse établit que les gros véhicules électriques ont 40% d’accidents en plus par rapport à leurs équivalents thermiques (et quid du prix des réparations ?).
Alors, où est la vérité ? En tout cas, on a du mal à croire que ce soit dans la réalité technique ; ce qui augure mal de la pérennité de telles politiques si l’on compare avec le sort de nombreuses innovations rattrapées par la vérité technique.

 

Écrire un commentaire